← Retour Actualités Événements

VIS MA VIE : zoom sur le métier de Sabrina, traductrice salariée !

Pour que vos traductions deviennent de véritables outils de communication contribuant à accélérer la performance de votre entreprise, au contraire de nombreuses agences, nous avons fait le choix de la qualité, et d’une équipe interne de traduction.

Sabrina, membre de notre équipe interne depuis 17 ans, se livre sur son quotidien de traductrice :

Quelles sont tes langues de travail ?

L’anglais, l’espagnol et l’italien, mais je travaille principalement avec l’anglais.

Quelle est ta formation ?

Mon Bac en poche, je suis partie en année d’échange aux États-Unis pour améliorer mon niveau d’anglais. De retour en France, j’ai fait une formation de traductrice quadrilingue à l’IPLV (Institut de Perfectionnement en Langues Vivantes) à Angers au cours de laquelle j’ai fait un séjour Erasmus à Londres. Je suis titulaire d’une licence LLCE et d’un DU traduction (équivalent du Master actuel). (1)

Qu’est-ce qui te plait dans ce métier ?

Ce qui me plaît dans ce métier c’est d’être le trait-d’union entre différentes langues, personnes et cultures. J’aime aussi relever le défi de trouver le terme qui retranscrit parfaitement l’idée du terme d’origine.

Quelles sont les principales difficultés de ton métier ?

Je dirais arriver à trouver les bons mots pour traduire ce que l’auteur du texte a bien voulu dire. La principale difficulté vient du fait que beaucoup de textes financiers sont rédigés dans un anglais approximatif par des personnes qui ne sont pas anglophones, ce qui rend la traduction plus compliquée. L’autre défi au niveau terminologique est d’arriver à comprendre le jargon de l’entreprise cliente afin de respecter au mieux ses attentes terminologiques.

Quelle est ta journée type ?

La journée type commence par un café en lisant mes e-mails et saluant mes collègues par Skype (télétravail oblige). Je fais ensuite le point avec ma chef de projet et ma collègue team leader pour savoir si de nouvelles demandes de traduction sont arrivées et par quoi je dois commencer, traduction, relecture, etc.

Quels sont tes outils de travail ?

Mes principaux outils de travail son mon ordinateur et SDL STUDIO. 95 % de nos traductions vers le français passent par ce logiciel. J’ai aussi quelques sites de référence sur lesquels je vais chercher de la terminologie, sans oublier mes bons vieux dictionnaires papier bilingues et unilingues, généraux et spécialisés. Ça va faire un peu vieux jeu, mais j’aime tourner les pages des livres 😉

Quelles qualités posséder pour être un bon traducteur ?

Il va sans dire, avoir une bonne connaissance de nos langues de travail et maternelles, mais aussi de la culture des pays d’où viennent nos textes à traduire. Pour le domaine financier, il faut aussi toujours avoir un œil sur l’actualité, notamment avec les changements au niveau mondial (Brexit).

Quel conseil pourrais-tu donner à un débutant ?

Je lui conseillerais de ne pas hésiter à croiser les références lors d’une traduction et de poser des questions à son donneur d’ordre (un traducteur a le droit de ne pas tout savoir). Je dirais également qu’il est important de relire les traductions de traducteurs plus expérimentés pour pouvoir se constituer des glossaires et se familiariser avec le domaine d’activité.

Un souvenir insolite ?

Même si je passe la plupart de mon temps à traduire des textes financiers, je travaille aussi sur des textes juridiques. La difficulté du juridique (outre les termes du droit des différents pays) c’est qu’il y a toujours une part d’inconnue, en l’occurrence j’ai eu à relire un document italien>français qui devait être produit devant un tribunal avec des pièces annexes. Ces fameuses pièces reprenaient des extraits d’une retranscription des sextape d’un certain Berlusconi, je dois dire que je ne connaissais pas tout le vocabulaire italien qui était employé et qu’on ne trouvait pas forcément la traduction dans nos dictionnaires ou sur internet, heureusement la traductrice avait très bien travaillé…

Pour clore cet échange, quels sont tes hobbys ou passions ?

J’aime beaucoup les voyages, découvrir différentes cultures et leur patrimoine, la lecture, la Formule 1 et surtout passer du temps avec les personnes qui me sont chères.

Pour plus d’informations sur les formations et diplômes de la Faculté des Humanités de l’UCO (Université Catholique de l’Ouest) : cliquez ici.